SOS Violences conjugales - Ecoute Brunehaut Lille 03 20 57 94 27 - Liévin 03 21 70 82 75
êtes vous victime de violences conjugales? êtes vous victime de violences conjugales? êtes vous victime de violences conjugales?
violences conjugales
  les formes de la violence
le cycle de la violence
Mythes ou réalités
les enfants exposés à la violence

que faire?
  Victimes
Témoins
Numéros utiles

vos droits
  Évolution des droits de la femme
Dénoncer les faits, se protéger (droit pénal)
Droit de la famille

écoute brunehaut, qui sommes nous?
  Nos missions
Les financeurs
Rapport d'activités

se documenter
  Enquêtes
Bibliographie
Actualités

nous contacter
les formes de la violence

Les formes de la violence


Les violences conjugales se manifestent suivant six formes :

La violence verbale :
Elle ne s’arrête pas aux cris et éclats de voix. Elle peut être exercée sur un ton doux, avec un timbre de voix habituel. Ce sont les mots utilisés, injurieux, menaçants, sarcastiques qui atteignent la victime.
"Il m'insulte, me dit que je suis bonne à rien, il menace de me tuer ; pourtant je fais tout pour qu'il soit heureux." Anne (LENS)



La violence psychologique :
Elle est la forme la plus répandue. Elle consume petit à petit la victime en lui faisant perdre confiance en elle et en ses capacités à se réaliser à ses yeux et aux yeux des autres. Elle peut l’entraîner à adopter des conduites additives pour palier à sa souffrance, à sombrer dans la dépression, à mettre fin à ses jours.
"Il m'a dit un jour que je n'étais pas digne d'être sa femme, d'être la mère de ses enfants. Souvent, lors de dîners avec ses amis, il me rabaisse soit sur ma manière de m'habiller ou de préparer le repas." Christine (LA MADELEINE)

La violence physique :
Elle n’est pas, contrairement aux idées reçues et au mythe de la ″femme battue″, systématiquement présente dans les situations de violence conjugale.Elle est utilisée par l’agresseur lorsqu'il n'arrive plus à contrôler sa victime par des violences verbales et psychologiques.
"Ma collègue n'a pas cru que je m'étais pris la porte du salon. Je n'ai pas pu lui dire la vérité parce que j'ai honte de j'ai peur qu'on enlève mes enfants." Leïla (BETHUNE)

La violence sexuelle :
Elle est régulièrement présente, peu exprimée. Sa pratique prend des formes multiples (viols, rapports sous la contrainte, réalisation non consentie de fantasmes…) les victimes se sentent salies, dégradées, humiliées. La sexualité dans le couple encore associée au devoir conjugal ne facilite pas sa dénonciation.
"Il ne cessait de me dire qu'il m'aimait et que les rapports sexuels alors que je dormais, me brutaliser…" Claire (LILLE)

La violence économique :
Elle dépossède la victime de toute autonomie financière ou au contraire l'auteur arrête de travailler pour être dépendant financièrement et culpabiliser d'autant plus la victime en cas de départ.
"Il contrôle toutes mes dépenses, me prive de tout… je ne travaille plus depuis 15 ans… par désespoir, j'ai dû prendre de l'argent sur le compte de ma fille... j'ai peur." Valérie (ARRAS)

La violence ″administrative″ :
Elle a pour objet de priver la victime de ses droits, de la bloquer dans les démarches qu'elle souhaite entreprendre,…

"Il m'a pris mon passeport, mon titre de séjour, le livret de famille… Il me dit que de toute façon je n'ai aucun droit en tant que femme en France… j'aimerai pourtant entamer des démarches…" Irina (LILLE).

découvrez nos actualités